Connaissez-vous un contribuable qui, à cause de son amour pour la patrie, souhaite payer le plus d’impôt possible ? Vous n’en trouverez aucun, à moins que ce ne soit vous-même. Et nous doutons fort que ce soit le cas. 

Autrement, vous ne serez pas sur cette page. En effet, bien qu’en étant destinés à financer l’action publique (sécurité sociale, collectivités territoriales et autres services publics), les impôts ont lourds impacts sur les budgets des entreprises et des particuliers. 

Du coup, tout le monde cherche des moyens qui permettront de baisser ses impôts. Vous aussi, vous recherchez des solutions de réduction d’impôt ? Ne vous inquiétez point !

réduire ses impôts en 2020

Experts en défiscalisation depuis de nombreuses années (2003), nous avons accompagné des centaines de citoyens dans leur optimisation fiscale. À travers cet article, nous vous livrons 8 astuces pratiques pour vous aider à payer moins d’impôt en 2020.

Peu importe votre statut social ou votre métier, vous y trouverez votre compte parce que les solutions de défiscalisations sont multiples.

1/ Opter pour l’un des dispositifs de défiscalisation de l’immobilier

L’un des meilleurs moyens aujourd’hui d’alléger ses impôts en toute légalité est d’investir dans l’immobilier. 

En fait, le gouvernement a mis en place de nombreuses lois de défiscalisation immobilière afin de permettre à tout investisseur d’acquérir un bien immobilier tout en bénéficiant d’une réduction d’impôt sur son revenu.

Ces solutions sont idéales pour les individus qui souhaitent réaliser des placements de longues durées (placement locatif, achat de chambre médicalisée, etc.) tout en ayant une fiscalité avantageuse. On vous les détaille plus amplement.

La loi Pinel 

Remplaçant le Duflot, elle consiste en une réduction d’impôt en raison de l’acquisition d’un bien neuf, en l’état futur d’achèvement, faisant l’objet de travaux de réhabilitation ou en construction (VEFA).

C’est l’un des dispositifs les plus flexibles et les plus utilisés sur le marché de l’investissement locatif. Vous pouvez obtenir une déduction pouvant aller jusqu’à 21 % du prix de maximum 2 logements par an dans la limite d’un investissement total de 300 000 €.

La réduction d’impôt s’étend sur 6 ou 9 ans avec possibilité d’extension jusqu’à 12 ans, ce qui vous donne la possibilité de voir votre imposition réduite jusqu’à 63 000 €.

Appartement Loi Pinel

Pour information, il n’est plus nécessaire d’acheter un appartement dans un immeuble neuf ou en construction (VEFA) avant de jouir de la réduction Pinel. Maintenant, vous pouvez bel et bien investir dans l’immobilier ancien et profiter de cet avantage fiscal ; Il faudra néanmoins que celui-ci respecte certaines normes.

La Loi Denormandie 

Considérée comme la « petite sœur » de la loi Pinel à cause des règles applicables qui sont presque les mêmes, cette loi offre des réductions sur les logements anciens faisant l’objet de travaux de rénovation (ou un local transformé à usage d’habitation).

Comme conditions, vous devez investir dans une commune éligible (arrêté du 26 mars 2019) et effectuer des travaux de rénovation représentant au moins 25 % du coût total de l’opération (décret n° 2019-232 du 26 mars 2019).

La loi Bouvard

Elle consiste à défiscaliser en faisant l’acquisition d’un appartement meublé dans les résidences étudiantes, les EHPAD, les résidences séniors ou les résidences d’affaires. Ce dispositif offre une réduction d’impôt de 11 % dans la limite de 300 000 € contre un engagement de location de 9 ans.

EHPAD-LMNP-Toulouse

Cette solution convient aux investisseurs qui recherchent la tranquillité et le confort, car la gestion de la résidence est assumée par un bailleur professionnel et les revenus sont sécurisés par un bail commercial.

La Loi Malraux

Elle permet aux investisseurs de bénéficier d’une réduction d’impôt en achetant des biens anciens et réhabilités situés sur des Sites Patrimoniaux Remarquables (SPR).

Le montant de la réduction d’impôt s’obtient en appliquant un taux de réduction sur le montant des travaux réalisés. Ce taux varie selon l’emplacement des immeubles. 

Si le bien est situé dans un périmètre couvert par un plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV), le taux de réduction équivaut à 30 %. 

Mais s’il est dans un site patrimonial remarquable avec plan de valorisation de l’architecture et du patrimoine (PVAP), le taux est de 22 %.

2/ Acheter un logement en nue-propriété pour baisser ses impôts

Une autre méthode pour minimiser ses impôts en 2020 est d’opter pour un investissement en nue-propriété. Ne confondez surtout pas cette solution avec les dispositifs de défiscalisation. 

Elle consiste à acheter la nue-propriété d’un logement et a cédé l’usufruit à une autre personne. Cette dernière devient ainsi le gérant de la location du bien et va également percevoir l’intégralité des revenus pendant toute la durée de l’opération (en général entre quinze à vingt ans). 

Cette solution vous permet d’acquérir un bien immobilier neuf à un prix décoté puisque l’usufruit vous échappe et votre patrimoine net taxable à l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) n’augmente pas.

À la fin de l’opération, vous récupérerez votre logement en pleine propriété, sans frais ni taxes.

Ce mode d’investissement est parfait pour les investisseurs déjà propriétaires d’un ou plusieurs appartements locatifs, mais qui souhaitent développer leur patrimoine tout en réduisant leurs impôts.

3/ Diminuer la base imposable de ses revenus

Il est possible de payer moins d’impôt grâce à une baisse du revenu imposable. Pour ceux qui ne comprennent pas bien cette solution, elle ne consiste nullement à réduire vos rentrées d’argent, mais à faire en sorte que vos revenus deviennent le moins imposables possible.

Cela peut se faire tout en investissant dans l’immobilier. Dans ce cas, l’une des techniques que vous pouvez utiliser est le déficit foncier. Ce dernier est très efficace si vous disposez déjà de revenus fonciers imposables de l’ordre de 6000 € par an.

Comment fonctionne le déficit foncier ? Vous faites l’acquisition d’un bien immobilier dans un immeuble ancien au sein duquel le promoteur immobilier fait des travaux de rénovation.

diminuer ses impôts

Ainsi, le coût des travaux réalisés pourra être déduit de vos revenus fonciers existants l’année de leur paiement. Aussi, le surplus pourra être déduit de votre revenu global, dans la limite de 10 700 euros.

On vous signale que le bien peut être acheté dans n’importe quelle zone. Ce n’est donc pas comme les dispositifs cités plus haut.

Par ailleurs, il est également possible de réduire ses impôts par la baisse du revenu imposable sans investir dans l’immobilier. Vous pouvez par exemple faire un transfert provisoire de biens vers vos enfants étudiants.

Vous sortez ensuite un revenu de votre base taxable en leur attribuant l’usufruit du bien. Vu qu’ils sont encore étudiants, leur impôt est totalement diminué. Vous faites ainsi une marge importante d’économie.

4/ Effectuer des travaux d’économie d’énergie

Le saviez-vous ? Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) s’est substitué au crédit d’impôt développement durable (CIDD) depuis le 1er septembre 2014. 

Avec ce nouveau crédit d’impôt, vous pouvez déduire des impôts une partie des dépenses de travaux de rénovation énergétique qui ont été faits.

travaux économie énergie baisse d'impôts.

Mais pour bénéficier de cette réduction, vous devez respecter certaines conditions :

  • La réalisation des travaux doit se dérouler dans une résidence principale achevée depuis plus de 2 ans ;
  • Les travaux doivent être faits par un organisme certifié RGE ;
  • Les travaux concernés sont entre autres l’acquisition de matériaux d’isolation thermique, l’acquisition et l’installation d’équipement de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire fonctionnant avec une source d’énergie renouvelable, l’achat et l’installation d’une chaudière à haute performance énergétique, le remplacement de fenêtres en simple vitrage par des fenêtres en double vitrage, etc.

En réalisant ces travaux, vous avez droit à 30 % du montant des dépenses dans la limite d’un plafond de dépense (8 000 € pour une personne célibataire, veuve ou divorcée et 16 000 € pour un couple).

5/ Faire des dons

Le fait de multiplier des donations à l’endroit des organismes d’intérêt général ou reconnus d’utilité publique peut vous permettre de réduire ses impôts. 

Si le don est fait à un organisme d’intérêt général ou reconnu d’utilité publique, vous pouviez jouir d’une déduction d’impôt égale à 66 % des sommes versées avec une réduction maximale de 20 % du revenu imposable.

Et si le don est au profit d’organismes venant en aide aux personnes en difficulté, vous pouvez bénéficier d’une réduction de :

  • 75 % de la somme offerte jusqu’à 537 euros, avec une réduction maximale de 403 euros, pour les versements réalisés en 2018 ;
  • 66 % au-delà de ce montant, avec une réduction maximale de 20 % du revenu imposable.

Mais ce n’est pas seulement les dons en espèces qui permettent de baisser ses impôts. Si vous réalisez gratuitement des activités de bénévolat pour une association qui opère dans le social, vous pourrez également avoir ce bénéfice.

6/ Employer un salarié à domicile

On parie que vous ne le saviez pas. Lorsque vous embauchez un travailleur pour assumer des travaux à domicile et que vous le payez directement ou via une association agréée, cela peut vous aider à avoir un crédit d’impôt. 

Cette solution concerne principalement les emplois comme le ménage, le baby-sitting, la préparation de repas, le repassage, les travaux de jardinage ou l’assistance aux personnes âgées ou handicapées, etc.

employé à domicile pour baisser ses impôts

Le taux de réduction peut s’élever jusqu’à 50 % des frais que vous avez effectivement supportés au cours de l’année. Attention ! Les frais en question ne doivent pas dépasser 12 000 € par an, à moins d’être une personne invalide ou ayant à charge une personne invalide. Dans ce cas, les dépenses peuvent atteindre 20 000 €.

Bon à savoir : il est possible de payer un salarié avec des chèques emploi-service universels tout en bénéficiant de la réduction d’impôt dans les mêmes conditions.

7/ Investir dans le capital d’une PME

Tout investissement fait dans le capital des PME ou de sa propre entreprise peut faire abaisser ses impôts.

Nous parlons plus exactement d’une réduction d’impôt de 18 % (taux habituel) avec des versements limités à 50 000 € pour les célibataires et à 100 000 € pour les couples soumis à imposition commune.

Pour jouir de cet avantage, vous n’aurez pas à céder vos parts dans la société avant un certain nombre d’années (au moins 5 ans). L’investissement peut être fait soit pendant la création de l’entreprise soit lors d’une augmentation de capital.

Dans cette même optique, retenez également qu’en investissant en numéraire dans le capital d’entreprises de presse, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu. Mais cela est soumis à certaines conditions.

Important ! La loi de finances pour 2019 porte le taux de la réduction d’impôt des PME à 25 % pour les versements réalisés jusqu’au 31 décembre 2019.

8/ Investir dans un FCPI ou un FIP

Choisir de faire un investissement dans un FIP (fonds d’investissement de proximité) ou un FCPI (fonds commun de placement dans l’innovation) est susceptible de générer des réductions d’impôts de 18 % de la somme investie. La réduction d’impôt est de 18 % dans la limite de 2 160 € pour un célibataire et de 4 320 € pour un couple.

Pour finir, vous pouvez aussi différer le paiement de l’impôt en optant pour un plan d’épargne retraite pour faire baisser votre revenu imposable.

Pour conclure

En France il existe beaucoup de solutions pour réduire ces impôts. Elles sont mises en place par l’état et servent pour contre-balancer l’économie du pays. Selon votre situation et vos finance, n’hésitez pas à vous renseigner sur les possibilités qui s’offrent à vous pour baisser efficacement vos impôts.

Originally posted 2020-03-25 18:48:00.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *